CLOSE
Back To Top

GIULIA FRIGIERI

– LE PRIX RÉVÉLATION 2021 MAP / FACE À LA MER –

« SURFING IRAN »

LE JARDIN MICHELET
Rue du Faubourg Bonnefoy, 31500 Toulouse
Projection le 2 juillet 2021

« Shahla Yasini est la première femme à avoir surfé en Iran. Plongeuse et sauveteuse, elle a toujours eu un lien étroit avec l’eau, en particulier avec l’océan Indien. Cependant, elle n’aurait jamais imaginé qu’en 2013, le surfeur professionnel irlandais Easkey Britton l’inviterait à faire partie de la première équipe féminine à surfer dans ce même océan Indien. En partenariat avec une autre athlète iranienne (Mona Seraji), Easkey et Shahla ont trouvé le spot de surf parfait sur la plage de Ramin, (…). À l’époque, ils ne savaient pas qu’ils allaient être les pionniers de quelque chose qui allait changer l’histoire de la jeunesse iranienne. Surfing Iran a commencé en 2017 comme un reportage photo centré sur Shahla Yasini, la femme iranienne qui a assisté et mené l’arrivée d’un sport inimaginable pour l’Iran, un pays majoritairement désertique. Quelques années plus tard, cela a fini par être une histoire sur Shahla, une femme comme moi et surtout, une amie. (…) Surfing Iran est un projet à long terme qui a débuté en 2017 et qui se poursuit toujours. L’histoire de Shahla a été publiée dans D La Repubblica (Italie), Vogue Arabia (Moyen-Orient), De Volkskrant (Pays-Bas), British journal of photography (Royaume-Uni) et Aperture foundation (États-Unis) et a été exposée dans différents festivals en Italie et à l’étranger. » Giulia Frigieri_

LA BIOGRAPHIE

Jeune photojournaliste et photographe documentaire italienne, le travail de Giulia Frigieri se concentre sur des sujets tels que la jeunesse, l’identité et la représentation féminine dans la région MENA et la Méditerranée. Sa passion pour les portraits et les récits s’est épanouie parallèlement à ses études d’anthropologie. Giulia s’est lancée dans plusieurs aventures mondiales qui l’ont amenée à vivre au Maroc pendant un certain temps et à étudier le récit et le photojournalisme à l’École danoise des médias et du journalisme, à Aarhus, au Danemark. Son travail a été sélectionné pour de multiples prix tels que le portrait de l’humanité en 2019 et le prix Single Shot au Festival de Fotografia Etica à Lodi, en Italie, en juin 2019. La photographe a récemment reçu une subvention du fonds covid-19 du National Geographic pour développer un reportage sur les effets de la pandémie des adolescents habitant les îles Éoliennes éloignées en Italie. Elle est actuellement basée entre Paris (France) et Rome (Italie).